Ó Jean Hervé Daude

L'origine des Rongo rongo

 

...

 

Les tablettes Rongo rongo

Les anciens habitants de l'Île de Pâques possédaient  une écriture hiéroglyphique. Le frère Eugène Heyraud soulignait déjà, dans ses communications avec son Père supérieur, qu'il y avait dans toutes les huttes des Pascuans des tablettes et des bâtons couverts de dessins étranges. Il ajoute que les indigènes n'en faisaient cependant aucun cas.

 

Si nous y arrivons un jour, le déchiffrement de ce langage écrit pourrait possiblement nous dévoiler une partie des mystères du passé de l'Île de Pâques.

 L'écriture Rongo rongo a t-elle était élaborée sur l'Île de Pâques ou pourrait-elle provenir de l'extérieur ? 

 

Lors de la conférence de Michel Orliac au Musée Pointe à Callière le 20 octobre 2010  , une "amie du Musée" a posé cette question très pertinente au conférencier :

" Si traditionnellement dans l'histoire de l'humanité, l'écriture est apparu seulement dans les grandes civilisations, comment ce fait-il alors que ce langage écrit soit apparu sur une si petite île avec si peu de moyens et une si petite population ? "

Spontanément, la réponse fut : " Mais c'est cela qui est merveilleux ! "

Merveilleux peut-être, mais est-ce bien là le chemin qui nous conduira vers une solution ?

 

Konstantin Pozdniakov dans un article du Journal de la Société des océanistes mentionne avec justesse :

 

 

En effet, à partir du moment ou une situation ne cadre pas avec nos données scientifiques et nos cadres théoriques, il faut alors se poser de sérieuses questions et être très attentif au moindre indice qui pourrait nous éclairer.

Or, dans ce cas précis, nous avons des indices.

Ainsi, Alfred Métraux mentionne que :

"A certain importance has been attributed to the wood of the tablets as a result of the theory that Easter Island tablets may have been imported into the island by the first immigrants."

A. Metraux. Ethnology of Easter Island, p. 393

" Une certaine importance a été attribuée au bois des tablettes Rongo rongo à la suite de la théorie selon laquelle les tablettes de l'Île de Pâques peuvent avoir été apportées sur l'île par les premiers immigrants."

William Thompson apporte de plus amples précisions sur ces tablettes :

"The native traditions in regard to the incised tablets simply assert that Hotu-Matua, the first king, possessed the knowledge of this written language, and brought with him to the island sixty-seven tablets containing allegories, traditions, genealogical tables, and proverbs relating to the land from which he had migrated. A knowledge of the written characters was confined to the royal family, the chiefs of the six districts into which the island was divided, sons of those, chiefs, and certain priests or teachers, but the people were assembled at Anekena Bay once each year to hear all of the tablets read. The feast of the tablets was regarded as their most important fête day, and not even war was allowed to interfere with it."

Thompson. William J. Te Pito Te Henua, or Easter Island, 1891, p.515.

"Les traditions autochtones en ce qui concerne les tablettes gravées se contentent d'affirmer que Hotu Matua, le premier roi, possédait la connaissance de ce langage écrit, et a apporté avec lui sur l'île, soixante-sept tablettes contenant des allégories, des traditions, des table généalogiques, et des proverbes relatifs à la terre d'où il avait émigré. La connaissance des caractères écrits était limitée à la famille royale, aux chefs des six districts en lesquels l'île a été divisée, fils de ceux-ci, chefs, et certains prêtres ou enseignants, mais les gens étaient rassemblés à la baie d'Anekena une fois par an pour entendre la lecture de toutes les tablettes. La fête des tablettes était considérée comme la fête la plus importante, et pas même une guerre n'a été autorisée à interférer avec elle."

Sebastian Englert précise cependant que le lieu d'origine de ces tablettes demeure inconnu :

"Por la tradición se sabe que las primeras tabletas y los primeros "maori rongorongo" llegaron con Hotu Matu'a. Se trata evidentemente de una herencia cultural cuyo origen es desconocido."

La tierra de Hotu Matu'a, p. 318.

"Par la tradition, il est connu que les premières tablettes et les premiers "rongorongo Maori" sont arrivés avec Hotu Matu'a. Il s'agit évidemment d'un patrimoine culturel dont l'origine est inconnue."

La tradition orale semble donc formellement pointer vers un apport extérieur du langage écrit de l'Île de Pâques. Elle ne nous aide cependant pas à identifier le lieu précis de son origine.

Réflexions sur les tablettes Rongo rongo 

Dossiers sur les tablettes Rongo rongo :  tous les articles écrits à travers l'histoire