Un marin du Mercator

rencontre avec Joseph Droeven

Texte et photos  Ó Jean Hervé Daude

Joseph Droeven habite Treignes en Belgique, à deux pas du Musée Malgré Tout. Un jour, il apprend que l’on expose à ce petit Musée des objets en provenance de l’Île de Pâques. Il décide alors d’aller vérifier si ce ne serait pas, par hasard, les mêmes objets qu’il avait aidé à transporter sur le bateau le Mercator lorsqu’il était apprenti marin à l’âge de16 ans.

 

Le petit Musée du malgré tout

 

 

Quelle ne fut pas sa surprise, lorsque entrant dans le Musée, il aperçu le buste exposé à l’entrée. Il s’agissait d'un buste représentant Henri Lavachery. Il reconnu tout de suite le représentant de son pays lors de l’expédition Franco-Belge à l’Île de Pâques en 1934. Il reconnu aussi ensuite la plupart des pièces exposées, celles-ci avaient bel et bien été embarquées sur le Mercator lorsque lui, Joseph Droeven, était apprenti marin à son bord.

 

Ce curieux hasard fit de lui, à partir de ce jour, la personne la plus connue de son village. Âgé de 90 ans, c'est un personnage extrêmement sympathique, et sa mémoire toujours fidèle lui permet de relater bon nombres d’anecdotes.

 

Treignes, Joseph Droeven et Jean Hervé Daude

 

Joseph raconte, entre autres, comment un moaï de dimensions raisonnables, une grosse tête de moaï et un couvre-chef ou pukao furent emportés à bord du Mercator. Ce ne fut pas une mince affaire, car il fallu les traîner péniblement sur le sol jusqu’à la plage, et de là, les embarquer sur le bateau. Or, à l’Île de Pâques il n’y avait pas, et il n’y a toujours pas non plus, de port permettant aux bateaux d’accoster. Ceux-ci ne peuvent pas non plus s’approcher suffisamment près de l’Île car des vagues furieuses s’abattent constamment sur le rivage. D’autre part, impossible de charger ces pièces sur des barques pour les amener jusqu’au bateau, car celles-ci n’étaient pas assez solide pour une opération de cette envergure.

La solution qui fût mise à l’épreuve consista alors à attacher le moaï sous une embarcation pour l'amener jusqu’au Mercator. De cette façon la barque ne risquait pas de chavirer dû à un centre de gravité situé trop haut. Elle ne risquait pas non plus de couler à cause du poids énorme de cette statue, les objets étant moins lourd lorsqu’ils sont immergés dans l’eau. Une fois rendu près du bateau, il fallait une fois de plus déployer des efforts prodigieux pour hisser la statue à bord. C’est lors de cette opération que le moaï se détacha et coula à pic. Fort heureusement, les Pascuans, bons nageurs, réussirent à se rendre au fond à cet endroit et à attacher solidement un câble autour de la statue. Finalement le moaï pu être hissé à bord, rejoignant les autres objets de l’Île qui prenaient la direction de la Belgique.

 

JHD

 

 

 

Vidéo de Joseph Droeven lors d'une visite récente à bord du Mercator

N.B. : Une fois sur le site Focus-wtv.tv, cliquez sur la flèche blanche au milieu de l'image

 

 VIDÉO 

Les photos de l'Île de Pâques présentées dans ce vidéo par Joseph Droeven sont celles du livre de Jean Hervé Daude : Île de Pâques - La forêt disparue

----------------------------------

 

Joseph Droeven (au centre) à bord du Mercator

Tous nos remerciements à Bernard Pronost pour cette photo

 

 

Le compte-rendu d'Henri Lavachery concernant l'embarquement d'un moaï sur le Mercator