Ó Jean Hervé Daude

Mystères de l'île de Pâques

Les mystères de l'Île de Pâques ont-ils tous été résolus ? Sont-ils tous connus du grand public ?

-------

Pour certains, il n'y a plus de mystères sur l'Île de Pâques. Tout a été résolu ! 

Quand est-il réellement ?

 

Cette section vise à faire connaître une partie des innombrables mystères non-résolus de l'Île de Pâques, peu connu du grand public.

------------------------------------

 

Il existe en effet quelques grands mystères concernant l'Île de Pâques, mais aussi une foule d'autres mystères moins spectaculaires et peu connus du grand public.

Parmi les grands mystères de l'Île :  on peut mentionner le mystère de la raison d'être, de la  fabrication, du transport et de l'érection des moaï, ainsi que de la signification de leur pukao. Ce mystère est censé avoir été quelque peu résolu, mais l'a t-il vraiment été de manière satisfaisante ? (voir L'empreinte des Incas)

Un autre grand mystère concerne le langage écrit de l'Île, les fameuses tablettes Rongo rongo. Des milliers de pages ont été produites pour tenter d'interpréter la signification de ces quelques lignes qui nous sont parvenues. Avons-nous seulement avancé dans la traduction de ce langage et de son origine ?

Si le mystère de l'existence d'une forêt dans les temps anciens a pu, lui, être résolu de manière satisfaisante, le mystère "du comment" de sa disparition est loin de faire l'unanimité.

 

Mais, mis à part ces grands mystères, il en existe des centaines d'autres qui sont toujours sans réponse, ou auxquels des réponses improvisées ou peu satisfaisantes ont été fournies. Des énigmes complexes, peu connues, que nous allons essayer d'aborder peu à peu.

 

Ainsi en est-il :

... de dessins bizarres sur certains moaï de la péninsule de Poike.

"Sur la poitrine, un ovale allongé, disposé comme un baudrier, va des mains à la naissance du cou. C'est la première statue de l'Île de Pâques qui semble tenir un objet en mains." Lavachery, p.170.

 

... de traces de peintures découvertes sur les moaï

"(…) l'une des statues, celle qui se trouve dans la partie la plus obscure avait le ventre et la poitrine peints. Ces peintures, de larges lignes rouges sur un fond blanc qu'elles encadrent en ovale. " Lavachery, p. 201.

"La présence de peinture sur la partie avant des moaï de Vinapu fut aussi confirmée par Métraux et par Palmer. Il semble que ces traces de peinture, parce qu'elles étaient abritées des intempéries, tout comme celles sur le moaï Hoa Hakananai'a avant son déplacement, étaient encore suffisamment visibles pour que Lavachery puisse en recopier le tracé."

L'empreinte des Incas, p.228.

 

 

... d'un ahu au pied du volcan Rano Raraku, alors que la vaste majorité des ahu sont sur les rivages de l'Île.

"Un seul ahu, un des plus importants qui soient loin des rives - Ahu Karava. Un tas de pierres, sans forme, sur lequel sont couchées deux statues de cinq mètres, en bon état. Des gîtes ont été aménagés sous leur ventre et dans l'un d'eux nous trouvons un squelette aux os dispersés." Lavachery, p. 173.

 

... des pétroglyphes de l'Île.

"Lorsqu'on observe de près les différents dessins on se rend compte qu'il y en a de différentes époques. J'en distinguerai au moins trois." Lavachery, p. 227.

 

... de la crainte des morts.

Parlant des Pascuans, Lavachery mentionne :

"Ils n'atteignent une certaine grandeur que dans la crainte qu'ils ont des morts. (...) L'île toute entière reste vouée à ses morts. C'est pour eux que les Pascuans ont élevé les ahus où reposent leurs os et les statues qui fixent leurs âmes errantes." Lavachery, p 233.

 

... de tombes inusitées.

"La construction que je signale plus haut est cependant anormalement grande. Dix mètres de long ! (...) Deux squelettes incomplets dont les os sont devenus friables gisent dans le fond. (...) Nos hommes ne savent rien au sujet de cet édifice, pas même son nom, dans une île où le moindre caillou en a un ..." Lavachery, p. 140. aussi L'empreinte des Incas

 

... de pierres rectangulaires inexpliquées.

"Le second est le mieux construit. Au centre du tréteau, à la place où ont dû se dresser les statues, une pierre de lave ordinaire, rectangulaire, soigneusement taillée, est placée et soutenue avec soin par des pierres qui la calent en dessous. (...) La plupart de ces moaï Paenga ont sur une ou deux faces un sillon profond dans le sens de la longueur. Elles portent aussi des encoches soigneusement taillées." Lavachery, p. 163.

 

... un bloc de pierre isolé ...

"(...) découvert sur l'Île de Pâques à Anakena, une petite plage située au nord de l'Île, représente une frise architecturale comme celles qui servent à décorer certains édifices. Or, ce genre de décoration architecturale n'est rapporté dans aucune tradition orale de l'Île et n'est pas non plus connu en Polynésie." L'empreinte des Incas, p. 234.

 

... un assemblage inusité ...

M. G. L. Domeny de Rienzi. Océanie, ou cinquième partie du monde : revue géographique et ethnologique de la Malaisie, de la Micronésie, de la Polynésie et de la Mélanésie, 1836, p. 286.

 

 

À suivre ....