Disparition de la forêt de l'Île de Pâques

La piste du méga El Nino

L'Île de Pâques possédait-elle une forêt ? Ses habitants ont-ils dévasté cette forêt, entre autres, pour construire les grandes statues de pierre ? Quand cette forêt a t-elle disparu ? Pourquoi n'a t-elle pas repoussé ?

 

 

De récentes recherches révélant la présence de pollens fossilisés dans le sol de l’Île ont maintenant clairement démontré que celle-ci était densément boisée depuis une époque très ancienne, jusqu’à peu de temps avant l’arrivée des premiers visiteurs. Les éléments nécessaires à la mise en place des grandes statues étaient donc effectivement disponibles à l’époque où elles furent érigées. Ce mystère étant résolu, une nouvelle énigme s’est imposée, car il fallait maintenant éclaircir les causes de la disparition du couvert forestier de l’Île. 

Selon une thèse souvent évoquée, l’Île de Pâques serait l’exemple typique illustrant les graves conséquences d’une surexploitation des ressources naturelles par l’homme. Selon cette thèse, la déforestation de l’Île, constatée par les premiers explorateurs, serait due à l’incurie des Pascuans eux-mêmes. Ces derniers auraient inconsidérément coupé tous les arbres, pourtant essentiels à leur survie, à des fins domestiques, ou de manière encore plus insensée pour fabriquer, transporter et ériger leurs fameux moaï. La disparition des arbres conduisit inéluctablement au déclin de leur civilisation et à la presque disparition des Pascuans.

Selon une autre thèse, tout aussi souvent évoquée, la déforestation de l’Île serait plutôt due à un incident climatique, soit une phase de refroidissement intense ou une longue période de sécheresse. En effet, bien que la végétation de l’Île ait été à l’origine sensiblement la même que celle qui recouvre en partie les autres îles de la Polynésie, l’Île de Pâques, étant située beaucoup plus au sud, subit périodiquement des vents australs très froids et ne bénéficie pas de pluies aussi abondantes. Ainsi, la végétation, très abondante par le passé, était cependant sans doute très proche de sa limite de survie.

Qu'en est-il réellement ?

 

D’après une analyse détaillée de différents éléments, nous croyons que l’Île de Pâques aurait été dévastée par un dérèglement climatique d’envergure exceptionnelle qui aurait sévi dans le Pacifique sud.  Ce phénomène, rarissime dans son apparition, aurait confronté les hommes habitant cette petite île isolée à une pénible situation de survie. Cette perturbation auraient engendré la disparition d’une grande partie des ressources de l’Île et entraîné la destruction du couvert forestier. Prisonniers de leur Île, les Pascuans, dans leur tragique lutte pour la survie, ont probablement contribué a empêcher la régénération de la forêt.