Ó Jean Hervé Daude

Sur la piste des Rongo rongo

-------

 

Jean Hervé Daude

 

Cette réflexion de Maurice Déribéré est très intéressante :

 

 

Pour Déribéré, donc : 

Les Pascuans et les Polynésiens ne ressentaient aucunement le besoin d'une écriture.

Cette écriture, puisqu'elle existe, ne peut donc être que mnémotechnique puisque, tout au plus, les Polynésiens pouvaient avoir besoin d'un aide mémoire.

---------------------------------

Effectivement, il est étonnant de constater que les Pascuans ont utilisé un langage écrit, car, jamais dans l'histoire connue de l'humanité, des hommes n'ont inventé une écriture pour le simple plaisir de la chose ou pour transmettre des croyances, des histoires ou leur généalogie. 

En effet, dans l'histoire de l'humanité, l'écriture apparaît lorsque la nécessité s'en fait sentir. Cette nécessité est intimement liée à l'essor économique et aux échanges commerciaux. Une fois inventé pour cette nécessité, ensuite seulement, l'écriture est utilisée à d'autres fins plus culturels.

Ainsi, lorsque l'accroissement de la production agricole et le développement d'échanges commerciaux permettent de créer une économie, apparaît aussi une organisation sociale hiérarchisée et la création de cités et villes. Dans la Mésopotamie antique, les premiers signes d'écriture apparaissent pour répondre à des besoins pratiques : comptabiliser des têtes de bétail ou des sacs de grains. Le plus ancien témoignage d'écriture connu date de plus de 3 000 avant notre ère. Ce sont des tablettes sumériennes en écriture pictographique.

C'est ce passage d'une société agricole d'autosubsistance à une société urbaine qui crée une pression vers l'élaboration d'un moyen pour fixer l'information : l'écriture.

À l'origine, ce système ne transcrit pas les sons de la langue mais présente des signes-images appelés pictogrammes. Par exemple, le signe pour un bœuf serait un dessin de bœuf ou de tête de bœuf, celui pour l'orge, un épi, etc.

Ce système rudimentaire des pictogrammes évolue progressivement pour aboutir à une écriture qui comprend un grand nombre de symboles représentant des concepts et des objets, mais aussi des sons.

En évoluant ainsi du signe-image au signe-son, l'écriture permet ensuite de véhiculer des informations beaucoup plus complexes sur un support transportable, telles : des ordres, des contrats, des textes historiques, littéraires ou religieux.

La phase la plus évoluée de ce système d'écriture est l'invention de l'alphabet : un signe égalant alors un son.

 

Il est donc bien évident que dans ce contexte, les Pascuans, tout autant que les Polynésiens en général, n'avaient aucun besoin d'une écriture. La précarité de la vie d'insulaire ne permet pas en effet l'émergence d'un tel modèle de civilisation qui nécessiterait l'invention d'une écriture complexe.

Déribéré, tout comme Métraux avant lui, avait conclu que cette écriture locale, puisqu'elle existe, devait donc être uniquement mnémotechnique.

 

Or nous verrons que cette écriture, d'après les différentes analyses qui en ont été faites, semble cependant relativement complexe. Si tel est le cas, elle ne serait donc pas exclusivement  mnémotechnique et ne serait donc pas une invention locale de l'Île de Pâques, ni de quelques autres endroits de la Polynésie. Elle aurait donc été apportée en Polynésie, mais à première vue, seulement sur l'Île de Pâques, puisque rien de concluant ne nous permet de penser que cette écriture ait pu aussi exister sur une autre île polynésienne.

En effet, de mémoire de Polynésiens, et même d'Océaniens en général, il n'existe pas une seule trace de ce langage écrit particulier parmi toutes les îles de la Polynésie, ni même d'Océanie. Aussi, aucun des comptes rendus des premiers explorateurs de cette région ne permet de déceler la moindre trace de ce langage écrit ailleurs que sur l'Île de Pâques. 

Force est donc de constater, qu'il ne pourrait s'agir d'un développement local à l'Île de Pâques. De plus, il ne s'agirait pas non plus d'une écriture polynésienne, ni même océanienne.

Nous croyons plutôt, tel que que mentionné dans la tradition orale de l'Île de Pâques, qu'un colonisateur serait arrivé sur l'Île avec la connaissance de ce langage écrit . Il est donc nécessaire de retracer la piste de l'origine de ce colonisateur pour éclaircir quelque peu l'énigme des Rongo rongo  ... 

 

À suivre ....

 

Les tablettes Rongo rongo de l'Île de Pâques

Easter Island Rongo rongo