La Génétique des Pascuans

 

 

 

 

 

Ó Jean Hervé Daude

Deux récentes recherches génétiques de d'Eric Thorsby (The Polynesian gene pool : an early contribution by Amerindians to Easter Island) ont révélé, dans le bagage génétique de certains Pascuans, la présence de traces génétiques d'origine américaine. En 1971 et en 2008, Thorsby a prélevé des échantillons de sang provenant de Pascuans dont la lignée ne présentait pas de croisement avec des Occidentaux. Parmi le bagage génétique de ces Pascuans, Thorby a trouvé des gènes que l'on ne retrouvaient auparavant que parmi les populations amérindiennes.

Selon Thorsby, les résultats de son étude sont malgré tout entièrement compatibles avec l'idée que les premiers habitants de l'Île auraient été des Polynésiens arrivant de l'Ouest. 

Suite à une analyse généalogique Thorsby affirme qu'une Pascuane née en 1846 était aussi porteuse de ce gène. Thorsby considère donc que ces gènes auraient été introduits dans le bagage génétique pascuan à une date antérieure au raid esclavagiste péruvien de 1860, lorsque plusieurs  navires partant du Pérou ont effectivement fait escale à l'Île de Pâques et que les membres de ces équipages sont descendus à terre pour emmener de force une grande partie de la population de l'Île. Selon Thorsby cet apport de gènes amérindiens ce serait donc produit bien avant cette première expédition connue et documentée de Péruviens à l'Île de Pâques.

Thorsby mentionne cependant qu'il ne peut pas exclure un possible apport de gènes lors de la venue de d'autres navires occidentaux avant cette date. Cette possibilité lui paraît peu probable du fait, entre autres, que nulle part il n'a été fait mention de la présence possible de membres d'équipages ou de passagers amérindiens lors de l'escale de ces navires occidentaux à l'Île de Pâques.

De plus, toujours selon lui, les gènes amérindiens auraient probablement étaient présents chez les Pascuans depuis bien plus longtemps. En effet, Thorsby a constaté que dans certains cas, certains gènes polynésiens et américains ont été mélangées ensemble, le résultat de ce processus appelé "recombinaison" est assez rare et nécessite un laps de temps relativement long. Bien que Thorsby ne peut pas indiquer une date précise à ce sujet, il affirme qu'il est probable que ces gènes amérindiens étaient présents dans la bagage génétique des habitants de l'île de Pâques bien avant qu'elle ne soit découverte par les Européens en 1722.

Thorsby considère nécessaire que d'autres recherches, basées sur d'autres marqueurs génétiques amérindiens, soient effectuées à partir d'ADN recueilli sur d'anciens squelettes de l'Île de Pâques et d'autres îles polynésiennes, afin de fournir des informations plus précises sur le moment où ces gènes ont pu arriver dans la région.

 

Bien qu'une étude génétique ne permette pas d'établir comment a pu se produire un tel apport de gènes amérindiens, il est cependant possible de proposer des hypothèses pour expliquer cette situation.

Ainsi, Thorsby propose deux scénarios afin d'expliquer comment ces gènes amérindiens auraient pu se retrouver sur l'Île de Pâques dans le bagage génétique des Pascuans.  Selon lui,  des Amérindiens auraient pu se rendre par eux-mêmes jusqu'à l'Île de Pâques. Des Polynésiens auraient aussi pu, selon lui, se rendre jusqu'en Amérique et revenir avec quelques amérindiens à bord de leurs pirogues, des femmes faisant parties de l'expédition pouvant mêmes être revenues enceinte d'Amérindiens, transportant ainsi leurs gènes jusqu'à l'Île de Pâques. Thorsby considère cependant que ces deux hypothèses ne s'excluent pas nécessairement mutuellement.

 

Comme nous l'avons démontré dans notre étude Île de Pâques - L'empreinte des Incas, l'apport culturel des Incas sur l'Île de Pâques semble avoir été très important. Ce très grand apport culturel aurait nécessité la venue d'un grand nombre d'Incas sur l'Île, dont des spécialistes de différents domaines : sculpteurs, astronomes, agriculteurs, etc. La venue d'Incas sur l'Île de Pâques semble d'ailleurs confirmée par la tradition orale inca¨qui rapporte l'expédition de l'Inca Tupac Yupanqui dans l'océan Pacifique vers 1465. Cette expédition pourrait ainsi expliquer non seulement ce très grand apport culturel inca à l'Île de Pâques mais aussi la présence de gènes amérindiens décelée par Thorsby dans le bagage génétique de Pascuans.

 

Lire ses recherches  (à venir) 

Écouter son exposé à la Royal Society (Option Download vers le milieu de la page Web) 



 

 L'empreinte Génétique 

 

de Jean Hervé Daude

La toute première analyse d'ADN de squelettes pascuans en 1994

" (...) des séquences d'ADN extraient de squelettes de l’Île de Pâques par la biochimiste Erika Hagelberg  ont prouvé qu’elles étaient identiques à l'ADN de Polynésiens vivants et d’anciens squelettes polynésiens. Hagelberg pense que ces données vont mettre la notion d'une connexion potentielle avec l'Amérique du Sud au repos. "

Cette recherche est encore invoquée aujourd'hui pour justifier la thèse d'une colonisation exclusivement polynésienne de l'Île de Pâques ...

>>   Découvrez les premiers chapitres   >>

Qu'en est-il réellement ?  Quelles preuves les résultats de cette recherche ont-ils apporté ?  A t'on interprété à mauvais escient ces résultats et pourquoi ?  Sommes-nous resté dans une vision erronée de la génétique pascuane depuis ...  1994 ?

Que dit l'analyse des os ?

La faible présence de la mandibule à bascule à l'Île de Pâques

>>   Découvrez les premiers chapitres   >>

 

 

.

 

.