Ó Jean Hervé Daude

La mise en place des pukao sur la tête des moai

 

Chapitre partiel de la thèse de L'empreinte des Incas

 

La mise en place des pukao, ne fut pas une tâche nécessairement facile pour les Pascuans. Comme nous l'avons déjà mentionné, les Occidentaux, chercheurs et explorateurs, ne s'occupant guère de la tradition orale, ont élaboré toutes sortes de scénarios et de systèmes plus sophistiqués les uns que les autres pour expliquer comment ces opérations ont pu être exécutées.

Une de ces tentatives d'explication suggère le pukao aurait pu être attaché à la tête du moaï à l'aide de cordages avant que celui-ci ne soit redressé sur le ahu. C'est là une solution bien compliquée, car déjà redresser le moaï n'était pas une mince affaire en raison de son poids. Rajouter une masse au bout de la tête, avant cette opération de redressement, aurait contribué à alourdir considérablement la partie qu'il fallait de surcroît soulever le plus haut.

 

Encore une fois des chercheurs ont imaginé une solution bien compliquée, alors que les Pascuans ont fort probablement appliqués des solutions simples et demandant le minimum d'effort. En effet, la tradition orale rapporte un système beaucoup plus simple pour grimper les pukao sur la tête des moaï :

 

 

 

Or : 

 

 

 

 

 

Cette technique de la rampe de pierre était déjà largement utilisée au Pérou :

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut encore voir de nos jour les petites pierres entassées qui servaient pour constituer une rampe

afin de grimper les imposants blocs de pierre servant à la construction de cette chullpas.