..

.

.

Île de Pâques

 

Mille et une hypothèses, mais une seule histoire

 

Lorsque nous tentons d'appréhender l'histoire d'une civilisation ou d'une peuplade au passé mystérieux, nous élaborons des hypothèses pour tenter de cerner la réalité historique des événements qui s'y sont déroulés.

Une hypothèse se donnant pour objectif d'élucider cette réalité devrait nécessairement tenir compte du plus grand nombre possible de faits et de toutes les recherches connues sur cet endroit. Une hypothèse qui ne tiendrait pas compte de tous ces éléments en serait d'autant appauvrie et perdrait de sa validité.

Il en est aussi de même en ce qui concerne l'histoire de l'Île de Pâques.

Le mystérieux passé de l'Île de Pâques a généré tout un foisonnement d'explications tentant de résoudre ses énigmes. Il est nécessaire pour bien comprendre ce qui c'est passé sur l'Île d'analyser les différentes hypothèses élaborées en faisant preuve d'un esprit critique bien aiguisé.

Une hypothèse qui tenterait d'expliquer de manière cohérente ce qui s'est produit sur l'Île de Pâques, devrait tenir compte de nos connaissances de l'histoire des civilisations en générale et de l'histoire des peuplades de cette région du monde. Elle devrait aussi tenir compte des recherches depuis la découverte de l'Île dans le domaine de l'archéologie et de l'anthropologie, tout autant que les plus récentes études sur le bagage génétique pascuan. La tradition orale que les Pascuans se sont donnée la peine de se transmettre de génération en génération pourrait aussi être d'une aide inestimable.

Or, certaines hypothèses en vigueur font fie d'un ou plusieurs de ces éléments importants.

Ainsi, certaines hypothèses vont à l'encontre de nos connaissances concernant l'émergence des civilisations, certains chercheurs pensant que sur l'Île de Pâques il a pu se passer une situation quasi miraculeuse qui déroge du développement classique. En effet, selon ces hypothèses l'élaboration d'une culture originale sur l'Île, comprenant l'érection de monuments impressionnants, le développement d'une culture complexe et l'apparition de ce qui semble être un langage écrit seraient dû au fait que les Pascuans auraient élaboré cette culture originale dû à leur extrême isolement. Or, nos connaissances de l'histoire des civilisations sont à l'effet que tout au contraire seules de grandes civilisations possédant une vaste population et un pouvoir central fort ont permis d'élaborer de tel oeuvres. Qui plus est, les Pascuans eux-mêmes mentionnent qu'un autre peuple arrivé après les premiers colonisateurs auraient été les maîtres d'œuvre des moai, que les tablettes Rongo rongo auraient été apportées sur l'Île par les premiers colonisateurs et que donc en aucun cas ces éléments culturels n'ont été élaborés sur l'Île.

Dans d'autres hypothèses, les comptes rendus des premiers explorateurs et des premières missions archéologiques ne sont tout simplement pas pris en considération, aussi parfois, des hypothèses s'appuient sur une vision incomplète de la génétique pascuane datant des années 1990, alors que cette science en était à ses premiers balbutiements et que depuis de nouveaux éléments importants ont été apportés.

Mais surtout, plusieurs hypothèses ne font absolument pas référence au contenu de la tradition orale, ou pire encore, des auteurs mentionnent spécifiquement ne pas vouloir en tenir compte, considérant tout simplement qu'il s'agit là de pure invention de la part des Pascuans.

Qu'une hypothèse ne soit pas en accord avec des éléments de la tradition orale ne veut pas nécessairement dire que cette tradition orale soit erronée ou de pure invention, il se pourrait en effet très bien que l'hypothèse elle-même ne reflète tout simplement pas la réalité des événements qui se sont produit sur l'Île …

Il faut cependant être très prudent dans l'analyse de la tradition orale pascuane rapportée par les premiers explorateurs, la population de l'Île de Pâques, et particulièrement son élite, ayant connu une diminution drastique suite à une guerre interne, à de désastreuses épidémies et à un raid esclavagiste ; de sorte que les quelques Pascuans rencontrés par les premiers ethnologues et archéologues occidentaux ignoraient bon nombre des éléments fondamentaux de leur passé et de leur culture. La tradition orale, bien que parcellaire, est malgré tout un apport crucial pour comprendre et interpréter l'histoire et la culture pascuane.

À plusieurs reprises la tradition orale pascuane nous a été d'une aide fort appréciable pour déceler des pistes de solutions à plusieurs énigmes persistantes de l'Île, permettant de relier entre eux des éléments qui autrement n'auraient peut-être pas reçu leur pleine explication. Il semble donc pour le moins aberrant que l'on puisse tenter de comprendre l'histoire et la culture pascuane en négligeant volontairement l'étude de cette tradition, d'autant plus, que ne pas tenir compte de cette tradition a souvent permis toutes les spéculations possibles, même les plus farfelues.

Ainsi, une hypothèse abordant le mystérieux passé de l'Île de Pâques est d'autant plus probante lorsque tous les éléments et faits qu'elle invoque à son soutient vont dans la même direction de façon cohérente, tout en validant la tradition orale pascuane.

.

.

 

.

..